Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 janvier 2011 5 07 /01 /janvier /2011 13:18

 

200px-Thorpe - Nothing lasts forever

En 1987, la 20th Century Fox dominait le marché du film d'action de qualité avec des œuvres comme Aliens de James Cameron ou Predator de John McTiernan. Le filon s'avérant juteux, le studio chercha à poursuivre dans cette voie. Il trouva dans ses tiroirs un livre publié en 1979 et dont l'histoire semblait tout à fait prometteuse. Intitulé "Nothing Lasts Forever", le roman de Roderick Thorp racontait comment un homme seul était pourchassé dans un gratte-ciel désert par une bande armée. Bien que l'auteur avait mis l'accent sur la descente aux enfers psychologique du héros, le roman fourmillait de scènes d'action choc, comme ce saut du personnage principal depuis le toit de la tour, accroché à une lance d'incendie...

 

Thorp avait eu l'idée de ce roman à la suite d'un rêve qu'il avait fait, peu de temps après avoir vu La Tour Infernale en 1974. Impressionné par le côté spectaculaire du film, il avait surtout été frappé par les immenses possibilités dramatiques qu'un gratte-ciel proposait. Avec ses cages d'ascenseur vertigineuses, ses conduites d'aération et son espace clos, une tour pouvait devenir le site idéal pour une histoire à suspense...

Poussant encore plus loin l'idée de départ de l'auteur, la Fox décida de monter le projet en y injectant un zeste de film catastrophe. Après tout, c'était la Fox qui avait produit les deux meilleurs films du genre dans les années 70 avec L'Aventure du Poseidon et, justement, La Tour Infernale.


Le studio confia l'adaptation au scénariste Jeb Stuart, qui écrira cinq ans plus tard le script du Fugitif avec Harrison Ford. Pour la mise en scène, le choix de la Fox se porta sur l'allemand Carl Schenkel qui venait de réaliser le très remarqué Out of Order  où un groupe de quatre personnes se retrouvait bloqué dans un ascenseur. Une carte de visite idéale pour s'attaquer à la tour de Die Hard. Cependant, son approche du sujet déplut au studio et, après une période de flottement, Schenkel fut remercié. C'est ainsi que John McTiernan, tout frais émoulu du succès public et critique de Predator, se vit confier les rênes de cette production, cinq semaines seulement avant le début du tournage.

Le cinéaste demanda immédiatement une réécriture du scénario, lequel était totalement dépourvu d'humour.

 

die-hard-bts.jpgJohn McTiernan dirigeant Alan Rickman et Bruce Willis

 

John McTiernan: « J'ai aussi changé la nationalité des terroristes. Au départ, ils étaient tous allemands, mais j'ai pensé que les spectateurs pouvaient les assimiler à la Bande à Baader, ce qui aurait détourné le propos du film. Je ne voulais surtout pas que les actions des terroristes soient politisées. Nous avons donc intégré un polonais, un japonais, un français et un américain dans le groupe. »

 

La réécriture du scénario fut confiée à Steven de Souza, un spécialiste du film d'action qui avait fait merveille avec 48 Heures et Commando. Comme pour ces deux films, de Souza injecta dans le scénario une bonne dose d'humour, désamorçant ainsi une tension dramatique qui pourrait être trop pénible à la longue pour le spectateur. A la demande de McTiernan, de Souza ramena la durée de l'action de trois jours à une seule nuit, accélérant ainsi la succession des événements.

D'un avis unanime, Die Hard a marqué un tournant certain dans l'histoire du film d'action moderne. Son originalité repose sur plusieurs points.

 

Steven de Souza: « C'était la première fois que le héros était un homme plus ou moins ordinaire. A l'époque, les héros de purs films d'action étaient des sortes de surhommes que l'on envoyait quelque part pour accomplir une mission dangereuse. Il y avait, par exemple, James Bond − l'archétype du super héros moderne, Indiana Jones, ou encore Rambo. La plupart de ces films reposaient sur une structure scénaristique dérivée des travaux d'Hercule. Le héros accomplissait un voyage épique, pénétrait dans un pays étranger et tuait beaucoup de monde avant de rentrer chez lui. Die Hard a brisé ce moule bien établi. »

 

Desouza-TFTS

L'un des deux scénaristes de Die Hard: Steven de Souza

 

Certes, le cinéma avait déjà proposé des œuvres dans lesquelles le personnage principal se trouvait confronté à des situations exceptionnelles. Hitchcock, le premier, avait mis au point la fameuse formule: un homme ordinaire placé dans une situation extraordinaire, pour nous offrir Les 39 Marches ou La Mort aux Trousses. Mais jamais ce type de personnage n'avait été présenté dans un film d'action hypertrophié, comme ceux dont le public est si friand depuis les années 80.

 

En fait, l'esprit de Die Hard trouverait plutôt son inspiration dans Les Chiens de Paille de Sam Peckinpah dans lequel un timide professeur (Dustin Hoffman) doit faire preuve d'une violence inouïe pour défendre sa maison contre la bande d'excités qui ont violé sa femme.

 

Steven de Souza: « C'est le prototype même du film où le héros est un personnage ordinaire qui se révèle doué de capacités exemplaires, face au danger. L'intérêt de cette approche est que le public s'identifie immédiatement au héros. Celui-ci a une vie de famille, un travail, des enfants, des problèmes de couple, et donc, il est tout à fait accessible pour le spectateur. De plus, le fait qu'on le présente comme un homme ordinaire fait que l'on ignore vraiment s'il va s'en sortir, alors qu'avec James Bond ou Rambo, il n'y a jamais aucun doute. »

 

Le point de départ du premier Rambo s'inspirait d'ailleurs de ce schéma, avec un personnage banal se révélant être doué de capacités exceptionnelles. Mais John Rambo EST un héros (de guerre), alors que John McClane DEVIENT un héros. La grande force de Die Hard était de nous présenter un anti-héros typique, simple flic, macho, jaloux du succès de sa femme puis, de le transformer en Hercule au fil des épreuves qui lui sont imposées. D'ailleurs, l'apparition finale de John McClane, torse nu, dégoulinant d'eau, de sueur et de sang, renvoit tout à fait à cette approche « herculéenne » du héros.

 

Lorsque Die Hard sortit sur les écrans en 1988, il fut aussitôt salué pour son mélange inédit de scènes « catastrophes » et d'aventures policières. Le film battit Rambo III au box office. Cela semble prouver que le public a une préférence pour un héros vulnérable auquel on puisse s'identifier, au lieu d'un surhomme qui nous est totalement indifférent.

 

DIE_HARD2.jpg

 

DIE HARD3

Partager cet article

Repost 0
Published by Winslow - dans Making of
commenter cet article

commentaires

FredTarantino 11/03/2011 12:05


Alors la je pensais pas que c'était tiré d'un roman, merci pour ce dossier riche en information et très intéressant


Winslow 07/01/2011 23:32


D'après le roman de Roderick Thorp, Jeb Stuart a écrit le scénario de Die Hard en mettant au point la formule définitive du film d'action moderne: un homme ordinaire, isolé, qui se trouve opposé à
un groupe de truands ou de terroristes, souvent dans un lieu unique. De cet affrontement, il résulte une suite de destructions explosives inspirées des films catastrophes des années 70.

Après Die Hard, il y a eu de nombreux films bâtis sur le même moule: Die Hard 2 et 3, bien sûr. Le 2 dans un aéroport, le 3 dans une ville entière, mais aussi sur un navire (Piège en Haute-Mer),
dans un avion (Passager 57), dans la montagne (Cliffhanger), dans un train (Piège à Grande Vitesse), dans un stade (Mort Subite)...


borat8 07/01/2011 20:09


Sans oublier Commando avec Schwarzy, autre grand succès du film d'action. Sinon film d'action incontournable et le meilleur de la saga avec le 3.


MaxLaMenace_89 07/01/2011 14:40


Intéressante analyse... Je me coucherai moins bête ce soir puisque j'ignorais totalement que Die Hard était tiré d'un bouquin !


Winslow, Auteur Du Blog

  • : Filmmaker
  • Filmmaker
  • : Avec ce blog cinéma, je voudrais proposer quelque chose d'un peu différent et en évitant le plus possible les critiques de films. Il me semble plus intéressant de parler des tournages ou des doubleurs français, par exemple.
  • Contact

MON BLOG SCENARISTE BD