Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 mai 2011 1 30 /05 /mai /2011 17:48

 

kevin-jarre-picture.jpg

 

Fils adoptif du  célèbre compositeur français Maurice Jarre, Kevin Jarre a succombé à une crise cardiaque le 3 avril dernier, à l'âge de 56 ans. 

Tout comme Dan O' Bannon — dont j'ai fait un article complet sur ce blog — Kevin Jarre restera l'une des figures les plus malchanceuses d'un Hollywood qui ne respecte pas toujours le travail des scénaristes et des réalisateurs.

 

En 25 ans, Kevin Jarre n'a écrit que 5 scénarios: Rambo II (1985), Glory (1989), Tombstone (1993), Ennemis Rapprochés (1997) et La Momie (1999).

 

Juste avant le tournage de Terminator en 1983, James Cameron écrit une première mouture du scénario de Rambo II. Kevin Jarre peaufinera le script et Sylvester Stallone le retravaillera considérablement pour une version définitive.

 

rambo2Rambo II

 

 

En 1989, Kevin Jarre est le scénariste de Glory, sa plus grande réussite. Un superbe film héroïque racontant l'histoire du premier bataillon de noirs durant la Guerre de Sécession. Réalisé par Edward Zwick avec Matthew Broderick, Denzel Washington, Cary Elwes et Morgan Freeman.

 

glory-1989-06-gGlory

 

 

Tombstone devait être la première réalisation de Kevin Jarre. Il devait aussi faire le film avec Kevin Costner, mais un désaccord concernant la structure de l'histoire les opposait. Costner voulait en effet développer la jeunesse de Wyatt Earp. L'acteur se retira du projet et prit alors la décision de faire sa propre version avec le réalisateur Lawrence Kasdan.

Quant au film de Kevin Jarre, ce dernier dût quitter son poste de réalisateur à cause de son refus de réduire la longueur de son scénario. Les acteurs Kurt Russell (dans le rôle de Wyatt Earp) et Val Kilmer (dans celui de Doc Holliday) trouvaient que le script comportait trop de personnages secondaires. La production contacta alors George Pan Cosmatos pour reprendre la réalisation du film.

 

tombstone-1993-11-g.jpgVal Kilmer, Sam Elliott, Kurt Russell et Bill Paxton dans Tombstone

 

 

En 1997, Kevin Jarre co-écrit Ennemis Rapprochés, le remake de Shake Hands with the Devil, un film américano-irlandais réalisé par Michael Anderson en 1959.

La nouvelle version est interprétée par Harrison Ford et Brad Pitt, sous la direction d'Alan Pakula. Il s'agit du dernier film du réalisateur. Il décèdera lors d'un accident de voiture en 1998.

 

harrison-ford-dans-ennemis-rapproches-10433060eumii_1798.jpgEnnemis Rapprochés


 

La carrière de Kevin Jarre s'achève avec La Momie en 1999. Il propose un script qui intéresse les studios. Stephen Sommers, choisi comme réalisateur, ré-écrira le scénario. Et le film d'épouvante voulu par Kevin Jarre deviendra, sous la plume de Stephen Sommers, une aventure à grand spectacle dans le style Indiana Jones.

 

la-momie1-4151734jbyee_1798.jpgBrendan Fraser, Rachel Weisz et John Hannah dans La Momie

 

Repost 0
6 décembre 2010 1 06 /12 /décembre /2010 17:08

 

Irvin Kershner s'en est allé tout juste trente ans après la sortie de son chef-d'œuvre: L'Empire contre-attaque.


 

Image9.jpg

 

96-20

Avec l'indispensable producteur Gary Kurtz

 

18393045_w434_h289_q80-1-.jpg

 

96-32

 

4

 

book4.jpg

 

tesb.jpg

 

460-kershner.jpg

 

esb13

 

Irvin-Kershner-Star-Wars_400.jpg

 

newsimg625820237.jpg

 

5219620967_99e7c69306.jpg

Repost 0
16 octobre 2010 6 16 /10 /octobre /2010 11:32

 

« En France, les producteurs sont uniquement des banquiers. Les producteurs américains, eux, interviennent personnellement dans la création du film. »

 

Irwin Winkler

(producteur de la saga Rocky, Raging Bull, L'Étoffe des Héros, Les Affranchis)

 

 

On a trop souvent tendance à croire que le réalisateur  est seul à prendre toutes les décisions sur un film. Aux Etats-Unis, il n'est pas rare de voir certains producteurs proposer un bon nombre d'idées au réalisateur. 

Mais attention, il ne faut pas confondre le producteur et le studio qui finance le film. Un bon producteur supervise absolument tout sur un tournage, ainsi qu'en pré et post-production. Il peut donc intervenir lors des différentes étapes de création d'un film en faisant des suggestions au réalisateur. Tandis que les dirigeants d'un studio pensent surtout aux profits que pourrait faire le film. Ils peuvent donc se permettre de modifier une œuvre  si le réalisateur n'a pas obtenu le final cut.

 

Nous allons voir qu'au niveau des choix créatifs, certains producteurs célèbres ont autant d'importance que les réalisateurs, voire davantage.

 

 

selznick.jpg

Le grand producteur des années 30 - 40, David O. Selznick, s'occupait de tout sur Autant en emporte le Vent. Le choix des acteurs, du réalisateur, des costumes, des décors et il réécrivait sans cesse des pages entières du scénario. Sur Rebecca, Selznick donna même des leçons de cinéma à Alfred Hitchcock !

 

 

 

 

 

300pxwaltdisneysnowwhit

Walt Disney n'a réalisé aucun de ses longs-métrages et pourtant, c'est son nom que l'on voit apparaître en gros caractères sur les affiches de ses films, comme s'il les avait réalisés lui-même. En tant que producteur, Disney supervisait de très près ses projets. Une anecdote très connue: Sur Pinocchio, après six mois de production, Disney demanda à son équipe de refaire intégralement le pantin de bois afin de lui donner des traits plus humain. Un retour difficile à la case départ pour toute l'équipe !

 

 

Pour la production de Tim Burton L'Étrange Noël de Mr Jack, c'est la même chose que pour les films de Walt Disney. Nous lisons sur l'affiche américaine: Tim Burton's The Nightmare Before Christmas. Burton n'est pourtant pas le réalisateur de ce film. Il en est le producteur ainsi que l'auteur de l'histoire et le concepteur des personnages.

Tim Burton avait donné son accord pour que le titre accompagné de son nom apparaisse sur l'affiche, car c'était un projet qui lui tenait à cœur depuis très longtemps.

 

pinocchio40101.jpgnightmare1.jpg

 

 

poltergeist1.jpgLe cas de Poltergeist va encore plus loin. Car bien que Tobe Hooper soit crédité au générique en tant que réalisateur, Poltergeist est à l'évidence une œuvre de Steven Spielberg. Celui-ci l'a non seulement produite, mais a aussi imaginé l'histoire originale, co-écrit le scénario et certainement dirigé plusieurs scènes. Son style est facilement reconnaissable dans la mise en scène ainsi que dans le jeu des acteurs. 

 

 

En 1998, Steven Spielberg produisait Le Masque de Zorro. Dans le commentaire audio du DVD, le réalisateur Martin Campbell reconnaît que Spielberg lui a conseillé de refaire plusieurs scènes et notamment la séquence finale, bien plus réussie que celle qui était prévue à l'origine.

 

themaskofzor01.jpg

 

Repost 0
30 juin 2010 3 30 /06 /juin /2010 15:41

 

« Je souffrais de crampes d’estomac et ça m’a donné l’idée de la scène dans Alien  la créature perfore le ventre. »   (Dan O'Bannon)


 

Dan-O-BANNON.jpg


 

Disparu le 17 décembre 2009 à l'âge de 63 ans, Dan O'Bannon était un talentueux scénariste spécialisé dans le fantastique et la science-fiction. Mais il n'a eu aucune reconnaissance dans un Hollywood où chacun s'est acharné à ruiner ses efforts et ses ambitions. Il débute au cinéma en 1974 en écrivant le scénario du premier long-métrage de John Carpenter: Dark Star. Dans ce film de fin d'étude, O'Bannon est aussi comédien et superviseur des effets spéciaux.



dark star

Dan O'Bannon et John Carpenter sur le tournage de Dark Star

 

 

En 1975, Alejandro Jodorowsky engage O'Bannon comme directeur des effets spéciaux sur l'adaptation cinéma du roman Dune. Jodorowsky fait également appel au dessinateur de bandes dessinées français Jean Giraud, alias Moebius, pour travailler sur les concepts visuels et le storyboard. Mais le projet Dune sera abandonné.

 

dune-copie-1.gif

 

 

Peu après, O'Bannon collabore avec Moebius sur une bande dessinée intitulée The Long Tomorrow qui sera publiée dans le magazine Métal Hurlant en 1976. Le scénario d'O'Bannon raconte l'histoire d'un détective privé enquêtant à l'intérieur d'une vaste cité dans un futur lointain. Cette bande dessinée a notamment inspiré l'univers visuel de Blade Runner et certains éléments de l'histoire ont été réutilisés en 1981 pour le 1er tome de la série de bandes dessinées l'Incal de Jodorowsky et Moebius.


 

long-tomorrow.jpg

 

 

Dan O'Bannon se remet ensuite à écrire pour le cinéma avec l'aide de son ami et scénariste Ronald Shusett. Pendant la pré-production de Dune, O'Bannon était en contact avec l'artiste suisse Hans Rudi Giger dont les peintures de créatures monstrueuses l'avaient fortement impressionné.
O'Bannon écrit donc son scénario en ayant les monstres de Giger en tête. Son projet est un film d'horreur dans l'espace à petit budget intitulé Star Beast, en référence aux nombreux films de science-fiction de séries B des années 50/60 dont O'Bannon raffole. Mais ce premier titre est rapidement remplacé par Alien. L'un des producteurs du film, Walter Hill - également réalisateur - retravaille le script et y impose la présence de deux femmes et d'un androïde. Hill n'étant pas libre pour assurer la mise en scène, on propose à Ridley Scott de s'en charger. Ce dernier s'étant fait remarquer avec son film Les Duellistes qui avait remporté le prix de la première œuvre au festival de Cannes 1977.
O'Bannon présente les illustrations de Giger à Ridley Scott. Très intéressé par son travail, Scott engage aussitôt l'artiste pour qu'il crée la créature et le vaisseau extraterrestre. La suite, on la connaît...



bannon giger

Dan O'Bannon et H.R. Giger sur Alien


 

En 1981, Dan O'Bannon et Ronald Shusett écrivent le scénario de Réincarnations (Dead and Buried), un film d'horreur réalisé par Gary Sherman. O'Bannon a récemment avoué ne pas avoir écrit une seule ligne de Réincarnations. Mais son nom apparaît tout de même au générique à la demande de Ronald Shusett qui cherchait à profiter du succès d'Alien.


Deux ans plus tard, O'Bannon coécrit avec Don Jakoby le script de Tonnerre de Feu (Blue Thunder). C'est un thriller de politique-fiction massacré par les producteurs et mis en scène par John Badham.


En 1985, O'Bannon passe à la réalisation avec Le Retour des Morts-Vivants. John Russo, ancien associé de George Romero sur La Nuit des Morts-Vivants (1968), avait écrit une histoire qui était la suite du film de Romero. O'Bannon remania le script pour qu'il ne soit plus considéré comme une suite du film de 1968 et en fit une comédie d'horreur. Peu après, Dan O'Bannon écrit deux films de science-fiction pour Tobe Hooper: Lifeforce et l'Invasion vient de Mars.


 

living-dead.jpg


 

En 1990, O'Bannon rejoint son vieux complice Ronald Shusett pour écrire le script de Total Recall  réalisé par Paul Verhoeven, d'après une nouvelle de Philip K. Dick.


C'est en 1992 qu'O'Bannon réalise son second long-métrage The Resurrected qui est une adaptation de l'Affaire Charles Dexter Ward de H.P. Lovevraft. Le film est largement tronqué par les producteurs, laissant O'Bannon dégoûté par le système hollywoodien.


 

resurrected.jpg

 

 

Cinq ans plus tard, O'Bannon écrit  une seconde adaptation de K. Dick: Planète Hurlante (Screamers) de Christian Duguay.


Enfin en 1997, Dan O'Bannon et Ronald Shusett signent le script d'Hémoglobine (Bleeders) de Peter Svatek, d'après une nouvelle de H.P. Lovecraft.


Trop d'échecs, trop de frustrations, trop d'efforts pour si peu de résultats, O'Bannon décide d'interrompre définitivement sa carrière au début des années 2000.


Dan O'Bannon était atteint de la maladie de Crohn, une inflammation chronique du tube digestif. Il a tenu 30 ans avec cette maladie.


 

bannon-shusset.jpg

Dan O'Bannon et Ronald Shusett dans les années 70

Repost 0
29 juin 2010 2 29 /06 /juin /2010 11:49

 

20090812222116!Gale Ann Hurd and James Cameron 

James Cameron et la productrice Gale Anne Hurd

 

 

Les débuts

Pour James Cameron, il n'y a véritablement que dans deux domaines où l'on peut raconter des histoires en images: la bande dessinée et le cinéma. Il voulait devenir dessinateur de BD, mais il a préféré le cinéma.

Cameron ne s'est jamais intéressé aux effets spéciaux jusqu'au jour où il voit 2001: l'Odyssée de l'espace. C'est pour lui une véritable expérience.
Plus tard, il découvre un livre sur "le making of" du film où il apprend toutes les techniques du chef-d'œuvre de Kubrick. C'est sa première clé pour entrer dans le monde du cinéma.

Un jour, un ami lui propose de travailler sur un court-métrage. Cameron accepte avec enthousiasme. Il s'agit d'un petit film de science-fiction de douze minutes et dont les trucages sont faits en animation image par image. L'histoire raconte le combat entre un énorme robot extraterrestre en forme d'insecte et une machine à quatre jambes pilotée par une femme. Cameron reprendra cette idée pour le spectaculaire combat final d'Aliens. Peu après, il se rend à la New World Pictures montrer son court-métrage à Roger Corman, le roi de la série B. Celui-ci l'embauche au poste de constructeur de miniatures sur Les Mercenaires de l'espace.
C'est à la  New World que Cameron fait la connaissance de Gale Anne Hurd, la future productrice de Terminator, Aliens, Abyss
et Terminator 2. Cameron se souvient qu'il devait travailler très vite et avec un budget extrêmement réduit. Mais les débutants de la New World étaient ravis de participer à un vrai film avec leurs noms apparaissant sur le générique de fin. Rien n'était plus motivant. Le but était de décrocher une place de réalisateur en fin de parcours. C'est ce qui arrive à James Cameron quand Roger Corman lui propose de diriger Piranhas 2, une production italienne. Sur le tournage, personne ne se comprend car pas un seul membre de l'équipe ne parle anglais, pas même le directeur de la photo qui doit souvent discuter avec le réalisateur pour la préparation de chaque plan. Peu après, Cameron tombe malade. Il doit rester plusieurs jours dans sa chambre d'hôtel à Rome avec une forte fièvre. C'est en réfléchissant à divers projets que James Cameron voit l'image d'un homme pénétrant dans les flammes et ressortant transformé en robot.
Cette scène, qu'il voit clairement dans son esprit, sera à la base de son projet Terminator. Selon Gale Anne Hurd, cette image du robot sortant des flammes proviendrait d'un cauchemar qu'aurait fait Cameron durant sa fièvre. Cette fameuse image marque pour James Cameron le début d'une extraordinaire oeuvre cinématographique.

 

robotfeu.jpg

 

Les héroïnes

James Cameron pense qu'il y a déjà tellement de héros masculins au cinéma que ce n'est pas évident d'innover. Avec une femme pour héroïne, on peut retourner les vieux clichés machistes et explorer de nouveaux enjeux dramaturgiques. Dans ses films, les femmes ont tellement d'énergie et de force de caractère qu'elles deviennent les égales des hommes, voire davantage.

 

Terminator_JamesCameron_Hamilton-thumb-550x357-15266.jpg

 

aliens02-copie-1.jpg1204344801_linda_hamilton-copie-1.png


ABYSS-01-copie-3Titanic (DVD 2)-01-copie-1
 

AVATAR-0.jpg


 

La mythologie

Ecrivains, poètes et cinéastes illustrent toujours les mêmes archétypes mythologiques. Chacun habille le mythe à sa façon. Par exemple, dans Aliens, quand Ripley décide de sauver la petite fille, elle descend profondément sous terre et arrive dans un lieu ressemblant aux enfers. Comme Orphée descendant au royaume d'Hadès pour délivrer sa bien-aimée Eurydice en déjouant la vigilance de Cerbère, le chien gardant l'entrée des Enfers. Mais Orphée échoue.
Cameron s'est permis une variation par rapport au mythe d'Orphée car Ripley, elle, parvient à sauver la fillette. Elles quittent ensuite les lieux, poursuivies par la reine des aliens, que l'on peut voir ici comme une sorte de cerbère.
Les grecs croyaient dans le fatum, dans l'idée que les dieux triomphent toujours d'un homme qui les défie. James Cameron aime montrer comment les individus peuvent ressortir vainqueurs d'un enfer, quel qu'il soit, par leur seule volonté.

 

reine-alien-copie-2.pngcerbere

                             la reine des aliens                          Cerbère, le chien de la mythologie grecque

 


La cinéphilie

On dit souvent qu'Abyss est le 2001 de Cameron et que Titanic  est son Autant en emporte le Vent. Ce n'est pas vraiment étonnant car ces deux grands classiques du cinéma font partie des films préférés de James Cameron.

 

ABYSS-02.jpg2001 A SPACE ODYSSEY-01

                           Abyss                                                          2001


 

Titanic--DVD-1--01.jpggone with the wind2

                                            Titanic                                                        Autant en emporte le Vent

Repost 0

Winslow, Auteur Du Blog

  • : Filmmaker
  • Filmmaker
  • : Avec ce blog cinéma, je voudrais proposer quelque chose d'un peu différent et en évitant le plus possible les critiques de films. Il me semble plus intéressant de parler des tournages ou des doubleurs français, par exemple.
  • Contact

MON BLOG SCENARISTE BD